Périple en Allemagne : mode d’emploi

L’Allemagne n’est pas forcément la destination à laquelle on pense de prime abord quand on commence à préparer ses vacances. Vous me connaissez suffisamment pour savoir que c’est un pays que j’affectionne tout particulièrement.

Pourquoi l’Allemagne ?

C’est après plusieurs lectures et un nouveau plongeon dans l’histoire, ainsi que la culture allemande, qui me donnent envie de partir à la découverte d’un pays que je connais sans vraiment le connaître. Je suis allé très souvent en Allemagne, mais mis à part Berlin et les villes à proximité de la France, je ne connais pas très bien ses richesses.

Nous décidons alors d’y aller pour nos vacances estivales et nous optons pour un parcours itinérant de deux semaines : du Sud, nous irons jusqu’à Berlin.

La Bavière nous semble incontournable, sur la route de la capitale nous hésitons encore : Leipzig ou Dresde. Après réflexion, nous peaufinons notre parcours : l’AllgäuSud de la Bavière, Munich, Dresde et Berlin.

Carte Allemagne

Les guides

Comme toujours, nous optons pour le Routard, deux éditions : Berlin et l’Allemagne. Nous prenons également le Cartoville de Berlin et j’avais déjà un guide de Berlin Lonely Planet gagné lors d’un concours sur le blog de Marie-Charlotte.

L’hébergement

Les réservations se font assez facilement entre les indications des guides et les recherches en ligne. Nous optons plutôt pour des hôtels qui nous laissent peu de responsabilité et nous permet de ne pas nous occuper du petit-déjeuner. Avec le recul je pense que ce n’était pas le meilleur calcul, le soir nous devons toujours chercher un endroit où manger et alors que nous préférons nous restaurer de façon plus simple et légère. Mais notre expérience de nos AirBnb londonien et gallois nous a influencé, cuisiner hors de son environnement habituel peut s’avérer un vrai casse-tête. Du coup nous avons réservé une pension pour nos deux nuits dans les Alpes bavaroises, trois nuits à Munich dans un hôtel, deux nuits dans un gîte à Dresde et six nuits dans un hôtel à Berlin.

Y aller et circuler

La principale difficulté résidait dans le fait que nous voyageons en voiture, il faut donc prévoir une solution de stationnement sûre et sécurisée, surtout après notre mésaventure turinoise… Nous aimons beaucoup le train mais financièrement la voiture est plus intéressante, cela nous donne une liberté supplémentaire. Nous avons hésité avec des pass interrail, qui nous revenaient pour environ 500 €, mais nous avons constaté qu’avec notre voiture c’était un peu moins cher et surtout plus rapide. Notre premier trajet pour aller en Allemagne faisait 7h en voiture contre plus de 10h en train avec au mieux trois changements, le choix a été rapide.

Vignette écologique

La grosse difficulté avec la voiture a été la vignette écologique. Vous connaissez sûrement les vignettes crit’air, obligatoires dans certaines agglomérations françaises, notamment lors des pics de pollution qui classent les véhicules selon leur émission de gaz à effet de serre. En Allemagne le système des vignette ne date pas d’hier et il est très développé. La plupart des grandes villes ont une zone écologique, Umweltzone, où seuls les véhicules munis d’une vignette peuvent circuler, pic de pollution ou pas, la restriction est permanente. Après avoir constaté l’obligation du port de vignette dans ces zones, nous avons décidé d’en commander une sur internet, cela se fait exactement comme pour la vignette française : copie de la carte grise, formulaire pour renseigner le conducteur principal, etc.

IMG_2691

Notre véhicule est classé en catégorie 3, nous avons donc eu une vignette jaune. Le top est la vignette verte de catégorie 4 et l’autre vignette est la rouge pour la catégorie 2, pour les véhicules les plus polluants. Plusieurs jours plus tard, après quelques clics, nous constatons que les vignettes jaunes ne sont plus valables et qu’il faut impérativement avoir une vignette verte pour circuler dans les villes allemandes dotées d’une Umweltzone. Mince…

Les hôtels de Munich et Berlin sont dans les zones écologiques, j’annule la réservation à Munich et choisis un hôtel juste en-dehors de la zone. A Berlin annulation impossible… Je cherche donc une solution de stationnement (en vain). J’interroge l’hôtel par téléphone, je contacte l’office de tourisme de Berlin, peu de réponses, les informations des professionnels du tourisme semblent obsolètes… Je demande une confirmation que je n’ai jamais. Sans solution viable, nous avons tout de même parcouru les 400 m qui séparent l’entrée de la zone de l’hôtel, personne en particulier ne contrôle les véhicules une fois qu’on y rentre. Mais la police est susceptible de nous mettre une amende. La voiture était garée dans le parking de l’hôtel donc nous avons seulement fait le trajet aller et retour en début et fin de séjour… et sans encombre, pas de contrôle.

Circuler en Suisse et en Allemagne

Notre situation géographique nous oblige à traverser la Suisse pour nous rendre en Allemagne. Il faut donc acheter la vignette pour circuler sur les autoroutes helvétiques. Puis il faut bien faire attention aux multiples limitations de vitesse en Suisse… Je n’ai rien contre le pays et ses habitants, bien au contraire, j’adore la Suisse. Mais la parcourir sur autoroute est très pénible. Les conducteurs sont très souvent obligés de circuler à 80 km/h voire 60 km/h…

Circuler en Allemagne a été plus sympathique, déjà au niveau des frais : pas de vignette, pas de péage. Tout d’abord l’absence de limitation de vitesse sur la majorité du réseau autoroutier permet de circuler plus librement. Pas de vignette Il est agréable de faire une pointe à 150 km/h pour doubler un véhicule rapidement et se rabattre. Généralement en l’absence de limitation nous roulons à 140 km/h. J’ai fait une point à 167 km/h, bon je ne vais pas vous mentir je voulais juste faire un pic de vitesse et je l’ai fait lorsque nous n’avions personne à l’horizon sur les deux voies. Nous avons pris l’autoroute pour tous les trajets longs, c’est à dire de Munich à Dresde, de Dresde à Berlin et de Berlin à Colmar. En Bavière nous avons circulé sur le réseau secondaire, avec une limitation de base à… 100 km/h.

Les destinations

1. La Bavière

Vous connaissez sûrement le château du Neuschwanstein, construction sublime et déroutante qui a inspiré Walt Disney. Nous avons passé la première journée de notre périple en Bavière dans la région de Füßen, avec un petit détour en Autriche.

Bavieu0300re-47.jpg

Bavieu0300re-16.jpg

Bavieu0300re-6.jpg

2. Munich

Après une lecture attentive du Routard, j’ai insisté pour rester au moins trois nuits à Munich. La ville semblait valoir plusieurs jours de visite, entre les musées, les monuments, les églises et les palais… Vous verrez, nous en avons pris plein les yeux.

Allemagne-2.jpg

Allemagne.jpg

Allemagne-3.jpg

3. Dresde

Je tenais également à l’escale à Dresde, j’ai lu maintes louanges sur la “Florence de l’Elbe”, ses trésors architecturaux, ses œuvres d’art et sa douceur de vivre. Là non plus, nous n’avons pas été déçus.

Allemagne-4.jpg

Allemagne-5.jpg

Allemagne-6.jpg

4. Berlin

Puis le séjour berlinois… Il était inconcevable de ne pas y aller. Et je voulais tellement partager mon amour pour cette ville avec ma moitié.

Allemagne-7.jpg

Allemagne-8.jpg

Allemagne-10.jpg

Allemagne-9.jpg

J’ai été ravi de voir que cela lui ait plu autant qu’à moi. Nous avons vu et découvert cette ville au mille visages : impérial, nazi, communiste, écolo, moderne, ancien, beau, vilain, pauvre, riche, touristique, triste…

☰☰☰ ☰☰☰ ☰☰☰ ☰☰☰ ☰☰☰ ☰☰☰

J’espère vous avoir donné envie d’en découvrir plus sur ce pays et notre périple. Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine avec la première journée en Allemagne à la découverte du Sud de la Bavière.

Je vous dis à bientôt dans la langue de Goethe.

Bis Bald !

Publicités

10 commentaires sur “Périple en Allemagne : mode d’emploi

  1. Quel périple, au sens propre et au sens figuré! Je parle bien entendu de tes aventures de vignette, je n’imaginais pas cela si compliqué de circuler en Allemagne, finalement, dans notre cas, avec nos vieilles voitures, mieux vaudrait louer une voiture ou prendre directement le pass Interrail… Le jeu en valait la chandelle, vous avez l’air d’avoir découvert de magnifiques lieux (mention pour tes photographies)!

  2. Oh vivement tes prochains articles, j’ai très très envie d’en découvrir plus sur la Bavière, mais également sur Munich et Dresde qui ont l’air très belles!!
    L’obligation de vignette catégorie 4 est vraiment dingue. Bien en soi, mais sacrément galère!
    L’absence de limitations de vitesse sur les autoroutes allemandes me surprend à chaque fois. J’en avais déjà entendu parler, et j’ai du mal à imaginer la chose. Tout le monde doit rouler à fond non? XD

  3. Tes photos sont magnifiques et ton article me donne envie d’explorer mieux la Bavière. Je ne l’ai qu’effleurée en 2015, mais juste assez pour être séduite. J’ai eu un coup de cœur notamment pour Bamberg, tellement jolie ! Passe un très beau week-end 🙂

  4. Oui ça fait des bornes et concernant la vignette, au final il ne faut pas trop se prendre la tête. C’est sûr que c’est plus facile de louer une voiture, mais si tu te débrouilles bien tu peux faire avec cette contrainte. Surtout lorsqu’on sait que la vignette qu’on a ne sert à rien… A part prouver ta bonne volonté si tu te fais contrôler peut-être… Merci beaucoup ! Oui, nous n’avons vu que de belles choses tout au long du périple. J’ai hâte de partager tout ça !

  5. Nous n’avons vu qu’une partie des richesses de ce pays qui en a tant, mais nous en avons pris plein les yeux ! Oui c’est bien, du coup on croise quasiment que des véhicules récents dans les villes allemandes. A ma grande surprise des grandes villes n’imposent pas du tout la vignette écologique comme Nuremberg, comparable à Toulouse en termes de nombre d’habitants… Les gens qui roulent plutôt vite sont à 150, les autres entre 130 et 140. On se limite naturellement, car au-delà de 140 c’est compliqué pour maintenir une trajectoire même sur autoroute, quand il y a d’autres automobilistes. Moi j’ai trouvé ça très pratique en tous les cas. Merci de ta visite 🙂

  6. Merci ! Nous avons eu le coup de cœur pour cette région magnifique. Il y a tellement de choses à faire et à voir rien que dans ce Land, je suis persuadé que nous y retournerons. J’avais un prof qui venait de Bamberg, il nous parlait de sa jolie ville. Nous sommes que mercredi soir, mais passe une bonne fin de semaine 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s